La mare aux hippopotames du Togo

Voir les hippos et rencontrer les Fulanis du lac de Mango

Autour de Mango se trouve une mare dans laquelle on peut fréquemment trouver et observer des grands groupes d’Hippopotames qui s’y rafraichissent.

La mare est gardée par un homme très sympathique qui s’occupe de faire payer un droit d’entrée (2000 cfa) et de guider les touristes, il se propose tout de suite pour m’amener voir les hippopotames. En général je préfère découvrir les choses par moi même, en discutant avec lui j’arrive à partir seul avec quelques conseils pour les trouver.

Il a tout de suite compris ce que je voulais dire et m’a laissé découvrir la mare par moi même, ce qui lui permet en plus de rester à l’ombre.

Je longe donc la mare seul, sur un chemin de terre qui devrait tourner à droite comme il me l’a indiqué.

 

 

La mare aux hippopotames du Togo

C’est au bout de quelques minutes de marche que je tombe sur un autre guide. Une vache devant moi me fixait droit dans les yeux tandis que j’approchais.

Une fois à sa hauteur je découvre un troupeau mené par de jeunes enfants Fulanis (Peuls). Mon instinct m’a suggéré de longer le lac par ce côté, j’y découvrirai peut être d’autres belles surprises.

La mare aux hippopotames du Togo
Rencontrer des Fulanis à la mares au hippopotames du Togo

Et je ne suis pas déçu ! Tout le long du lac je rencontre plusieurs Fulanis, certains sont des enfants et mènent des troupeaux de bœufs ou de chèvres, tandis que d’autres sont adultes et pêchent à l’aide d’un simple fil et d’une bouteille.

La mare aux hippopotames du Togo

En arrivant au bout du lac je trouve beaucoup de traces d’hippopotames dans la boue. Et la taille de ces traces me glace le sang quand je réalise que je suis seul dans ce lac perdu à la recherche d’une bête de plusieurs tonnes.

D’ailleurs une petite info pour ceux qui ne savent pas : l’hippopotame est bien plus dangereux que le requin, chaque année il tue plus de 500 hommes, tandis que le requin qui souffre de beaucoup d’idées reçus, n’en tue pas plus de 7.

C’est un animal très territoriale qui n’hésite pas à attaquer si on s’en approche trop et il est capable de courir jusqu’à 50 km/h !

On m’a fréquemment averti de sa dangerosité durant mon voyage autour de l’Afrique, je me souviens d’un pêcheur Sénégalais qui était persuadé qu’on ne pouvait traverser la rivière de son village à la nage sans se faire attaquer et se faire tuer.

Bref je vais faire attention.

La mare aux hippopotames du Togo

Le chemin qui jusque là était facile à suivre en suivant le passage laissé par les Fulanis, commence à se compliquer lorsque pour continuer je dois sauter au dessus de rivières boueuses ou la traverser avec l’eau jusqu’au nombril.

Mais c’est aussi ici que la nature est la plus riche et c’est probablement par là que je trouverai ce pourquoi je suis venu, les fameux hippopotames !

La mare aux hippopotames du Togo

Au bout d’un moment je crois halluciné lorsque je vois des tapis et des bassines multicolores léviter au dessus des herbes vertes du lac.

Ce sont enfaite des femmes Fulanis venus laver leurs linges je suppose.

A partir de là je rencontrerais beaucoup de Fulanis de ce côté du lac, à leurs expressions je devine qu’ils ne voient jamais de touristes par ici.

Rencontrer des Fulanis à la mares au hippopotames du Togo

En continuant d’avancer je me retrouve au milieu des troupeaux de boeufs de Fulanis entrain de brouter de l’herbe tandis que leurs gardes sont posés à l’ombre d’un arbre.

Pour passer je dois parfois me faufiler entre 2 vaches qui n’ont aucune intention de s’écarter pour me laisser passer.

Rencontrer des Fulanis à la mares au hippopotames du Togo

J’essaie de continuer mon chemin sans les déranger jusqu’au moment où un Fulani m’appelle, il a un bol dans les mains et me fait signe de manger avec lui.

On mange ensemble une sorte de couscous de manioc avec des arachides si je me souviens bien. On mange tout ça avec les mains bien évidemment, ici personne ne mange avec des couverts.

J’essaie de communiquer avec lui mais il ne parle pas un mot de Français, bien que la langue officiel du Togo soit le Français, les ethnies comme les Fulanis sont très peu éduqués et n’apprennent finalement que la langue ethnique, le Pulard dans ce cas là.

Mais je suis très heureux de voir que ces Ethnies nomades ne sont toujours pas affectés par la nationalité qu’on leurs imposent et qu’ils conservent leur indépendance financière et culturelle grâce à la vente de leurs bétails qui les rends si célèbre.

En tout cas ce Fulani et les autres que j’ai rencontré sont extrêmement calmes, simples, ils peuvent être timides, mais une fois qu’on leurs parlent ils sont d’un accueil et d’une gentillesse totalement pure. C’est une ethnie qui s’est développée seule, très loin de toutes mauvaises influences.

Rencontrer des Fulanis à la mares au hippopotames du Togo
Rencontrer des Fulanis à la mares au hippopotames du Togo

Ce moment plutôt inattendu mais très marquant m’a redonné la foi de continuer ma recherche.

Je demande à tous les Fulanis que je rencontre si ils savent où je peux trouver les hippopotames, pour me faire comprendre je mime leurs oreilles rondes sur ma tête, et ils comprennent parfaitement !

Finalement je trouve une masse ronde de l’autre côté du lac, j’en suis sûre c’est un hippopotame !

La mare aux hippopotames du Togo

Autour de lui j’en découvre 2…3…4 autres, puis tout un troupeau entier ! Ils sont tous allongés sur la berge tandis que seuls quelques-uns s’immergent de temps en temps.

Je suis resté là à les observer, à savourer ce trésor que j’étais venu chercher, pour lequel j’avais marché dans la boue toute l’après midi sous ce soleil ardant.

 

 

La mare aux hippopotames du Togo

Sur le chemin du retour en longeant le lac, alors qu’un large sourire éclairait mon visage, j’ai rencontré 2 enfants à vélo dans les herbes, ou devrais-je dire 2 jeunes hommes vu la maturité des enfants Fulanis.

Ces jeunes hommes étaient très curieux de me voir, ça se lit sur leurs visages au moment où je les prends en photos après leurs avoir fait de grands signes pour les saluer.

Je trouve cette photo particulièrement belle, elle représente très bien les Fulanis dans cet environnement aux allures de savane, où cette ethnie s’est installée et vit paisiblement comme si le monde en dehors du leur n’existait pas.

Rencontrer des Fulanis à la mares au hippopotames du Togo

Voilà la même photo une fois traitée :

Rencontrer des Fulanis à la mares au hippopotames du Togo

Je reviens d'un voyage d'un an à moto en Asie, prochaine étape l'Afrique en C15 !

Laisser un commentaire