Tour de la Gambie en voiture

D’abord il faut que je précise que pour moi la Gambie ne se visite pas, elle s’explore et elle nous invite à l’explorer.

Malgré que j’ai adoré mon passage a l’île Kunta Kinteh, ou cette merveilleuse rencontre avec les hippopotames, c’est surtout l’exploration du pays qui m’a marqué et vous verrez pourquoi.

Pour l’itinéraire je suis parti de Andalai (frontière avec le Sénégal au Nord), j’ai longé le fleuve jusqu’à George Town où j’ai traversé avec un ferry (on peut traverser bien avant mais on loupe la moitié du pays) puis j’ai continué jusqu’à Banjul. La route est vraiment bonne tant qu’on ne la quitte pas, en dehors c’est de la piste, et il y a très très peu de trafic, bref un pur plaisir.

En tout j’ai mis 2 semaines en prenant bien mon temps, mais une semaine pourrait suffire, pas moins, ce serait dommage.

Barra – George Town

C’est probablement mon coté préféré du fleuve, ici il y a beaucoup à découvrir, beaucoup de routes partent en parallèle de la route et j’ai rencontré énormément de locaux, très simples, très accueillant, très loin du stress de Banjul.

Jusqu’à George Town il y a beaucoup de villages magnifiques et très typiques à croiser, les photos ne sont absolument pas malvenues, au contraire les locaux me sourient quand je sors l’appareil photo, il s’en dégage même une certaine fierté, ils sont content de me rencontrer et de partager leur culture.

Il y a aussi beaucoup de vautours sur la route en Gambie, mais rien à craindre d’eux évidemment, tant que vous êtes en vie !

En fouillant parmi les petits chemins parallèles qui mènent au fleuve on peut trouver de jolies coins de pêcheurs inconnus du tourisme et 100% authentique.

Les pêcheurs sont assez choqués au début de voir un blanc débarquer mais on discute toujours très vite et c’est l’occasion de faire de belles rencontres !

La route peut offrir beaucoup de surprises aussi étonnantes que belles :

George Town

C’est la plus grande ville de ce côté là de la Gambie mais aussi l’étape pour passer de l’autre côté du fleuve, le ferry passe souvent et le prix pour y monter avec son véhicule est entre 2-3€, la traversée est très courte.

Et ça vaut la peine de passer un peu de temps près de la rivière pour prendre quelques clichés, la vie ici qui se déroule autour du fleuve est magnifique.

J’ai profité d’être à George Town pour réparer mon pneu crevé, ici ça ne coûte que 50 Dalasi soit un peu plus de 1€ (c’est le prix partout, ne vous faites pas avoir). Le réparateur et ses amis ici était tellement accueillants, j’ai fini par leur demander un cliché, un de mes préférés de la Gambie :

Sur la route de George Town à Banjul j’ai croisé pas mal de Babouins sauvages, c’était la première fois que j’en voyais des sauvages, le même jour où j’ai vu des Hippopotames pour la première fois.

 

Attention : Les Babouins sont connus pour leur mauvais caractère, leurs longues dents et le fait qu’ils se déplacent en groupe, on peut essayer de les approcher un peu, en général ils fuient mais vaut mieux ne pas trop leur faire peur, ils pourraient décider d’utiliser leur dernier moyen de défense : l’attaque.

Mais je le répète, on peut s’approcher un peu sans problème.

J’ai écris un article sur comment j’ai vu les Hippopotames par moi même dans les environs :

Banjul

Je ne suis resté longtemps à Banjul mais en seulement une soirée j’ai rencontré tellement de personne…

Je m’étais posé pour dormir à l’extérieur de la ville près d’une rivière, plusieurs pêcheurs sont venus faire ma connaissance et m’ont invité à manger. Un policier qui venait de me contrôler a aussi souhaité passer du temps avec moi.

Du coup le soir j’ai passé la soirée entre fumer de l’herbe avec les pêcheurs et discuter au barrage de police. C’était hallucinant j’avais du mal à avoir du temps pour tout le monde !

Ahah quelle soirée !

Comme dans la plupart des pays d’Afrique, sur la route près des grandes villes il y a toujours des enfants, des jeunes hommes ou des femmes vendant un peu de tout, des fruits, de l’eau ou même des snacks.

Les Campements :

Pour dormir j’ai trouvé quelques endroits sympas, parfois simplement au bord de la route, je n’ai jamais été dérangé, c’est probablement l’un des meilleurs pays pour trouver un coin tranquille et ne pas être dérangé.

Parfois je me garé aussi sur des terrains cachés au bord de la route qui servait aux machines quand ils construisaient la route, ces terrains sont vastes, plats, facile d’accès et toujours un peu caché de la route, c’est parfait !

Pour trouver de bons coins pour dormir je conseille toujours l’application IOverlander, même si je m’en suis pas servis pour ce voyage.

Cette nuit là j’étais entouré de singes au couché de soleil, c’était un moment magnifique.

La Police :

La police est omniprésente en Gambie, ce qui est étrange quand on sait que c’est un pays totalement pacifique, mais ils sont surtout là pour empêcher toute révolte du peuple, malheureusement.

Mais le point positif c’est que vous êtes toujours en sécurité, de toute façon c’est pas en Gambie qu’il vous arrivera quelque chose, les locaux sont très pacifiques et accueillants, vous pouvez vous isoler ou au contraire dormir dans les villages sans crainte.

La police arrête parfois les voyageurs à l’entrée du village et demande un droit de passage, évidemment il n’y a pas de droit de passage, il suffit de refuser jusqu’à ce qu’il vous laisse passer. Et comme en Mauritanie, il y a beaucoup de barrages de police aux alentours des villages mais très peu de polices qui se déplacent.

Les Locaux :

Tous les locaux sont incroyables, la Gambie est comme un petit village où tout le monde s’entraide, n’hésitez surtout pas à parler aux gens, vous arrêter discuter avec eux, il m’est arrivé de rencontrer beaucoup de personnes juste en sortant un peu de la route, en vagabondant et en prenant le temps.

La majorité d’entre eux parlent assez bien Anglais mais vous pouvez tomber sur des gens qui n’en parle pas un mot si vous vous aventurez un peu plus loin, dans ce cas utilisez les mains pour parler !

Je reviens d'un voyage d'un an à moto en Asie, prochaine étape l'Afrique en C15 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *