Rencontres en Guinée Bissau

Roadtrip en Guinée Bissau

La Frontière de Sao Domingos

Après avoir passé l’une des pires frontières de l’Afrique de l’Ouest, j’ai fais une rencontre très sympathique, ces jeunes m’ont aidé très gentiment aidé à faire mes papiers et à trouver une carte Sim, ils étaient d’une gentillesse incroyable.

Ils m’avaient donné un de leur numéro pour les contacter quand je prendrais ma carte Sim plus loin, malheureusement j’ai jamais réussi à retrouver leur numéro, c’est dommage j’ai jamais eu l’occasion de vraiment les remercier.

Pour aller jusqu’à Bissau la route est parfois mauvaise, terreuse avec de gros nids de poules. J’ai conduis jusqu’au couché du soleil avant de m’arrêter dormir près de la rivière.

 

Les enfants, les femmes et les hommes rentrant chez eux étaient très étonné de me voir, certains se sont arrêté pour m’observer au dessus du pont. Un homme parlant un peu Français est venu discuter avec moi, un moment très sympas, c’est toujours rigolo de faire l’attraction du village.

Lorsque tout le monde fût parti je suis allé prendre un bain dans la rivière, c’est très agréable à la fin d’une journée chaude comme ici, en plus ça évite de sortir le sac de douche et ça économise de l’eau.

Mais pendant la nuit je me suis levé et en baladant ma lampe frontale un peu partout je suis tombé sur 2 yeux étincelant dans la rivière…

Un crocodile ! C’est tout de suite effrayant quand on est un occidental qui n’a pas l’habitude d’en croiser, mais finalement c’est plutôt fréquent et ça n’empêche personne de se baigner dans la rivière, aujourd’hui je redoute plus les hippopotames que les crocodiles.

Le lendemain sur la route je croise pleins d’oiseaux différents dont les fameux pélicans :

Bissau

Bissau est une grande ville qu’il ne faut pas louper, elle peut rebuter au début mais en cherchant bien on y trouve une beauté incroyable chez les locaux et ses alentours, j’ai fais un article entier à ce sujet :

L’île de Pecixe

C’est aussi une visite à ne pas manquer dont j’ai fais un article :

Le Sud de la Guinée Bissau

Le Su est une région très peu exploré pour les touristes qui se limitent souvent aux plages et à la ville de Bissau, pourtant les routes y sont superbes :

Rapides du Rio Corubal

D’une façon totalement hasardeuse je suis tombé sur ces rapides au milieu de la route pour aller dans le Sud, c’était le moment parfait pour se baigner, l’eau y est très agréable et suffisamment fraiche pour rafraichir !

Mais le plus beau dans ces rapides c’est la vie qui s’y déroule, beaucoup de villageois viennent prendre leur bain ici, certains pêchent, d’autres discutent, ou d’autre font la vaisselle avec leurs enfants.

Rio Grande de Buba

Plus loin au niveau de la ville de Buba on peut avoir accès au Rio Grande de Buba, une rivière à l’apparence d’un lac qui est complétement vide le soir et entièrement plein le matin, la marée est assez impressionnante, autant que la vie des locaux autour.

 

Le soir :

Le matin :

Galère pour aller sur l’île de Bolama

Je voulais aller à l’Ilha de Bolama depuis Buba en passant par un petit chemin remplis de bosses, de rivières à traverser, de boue et de nid de poules… La route ne fait que 75km mais il faut compter bien 3h30 de route minimum.

 

 

Près de 4h plus tard je suis enfin arrivé à l’embarcadère mais de nuit. Je me suis alors garé au port pour dormir, c’est là que ces femmes sont arrivés, elles venaient chercher leur père, elles m’ont proposé de me garer chez elles et dormir dans la voiture.

Ils m’ont offert le repas (riz au poisson et citron) et une douche ! Le soir je leur ai montré des photos de la France, de l’Espagne et du Portugal, ils étaient très curieux car ils n’en avaient jamais vu malgré que la Guinée Bissau soit une ancienne colonie Portugaise.

Le lendemain j’ai refait la route en sens contraire, j’ai pu voir ces villages incroyables que je n’avais pas pu voir de nuit la veille. Les locaux sont très étonné de me voir, j’ai l’impression qu’ils sont plutôt froids.

Mais j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai fais un grand signe à des hommes qui prenaient le thé au milieu du village, je suis descendu parler avec eux, partager un thé, ils étaient très chaleureux et souriants !

Rencontres en Guinée Bissau

Au final je n’ai pas vu l’île de Bolama, je devais sortir du pays assez rapidement à cause de mon visa et mon expérience de la veille m’a suffit, j’ai eu un voyage un peu particulier de la Guinée Bissau, je n’ai pas fais grand chose de ce que font généralement les touristes, mais j’ai beaucoup aimé le temps passé là bas, les rencontres que j’ai pu y faire malgré la barrière linguistique.

Anecdote flippante

Un soir je me suis garé à l’entrée d’une forêt pour dormir, ça convenait à mes critères, suffisamment près de la route en cas de problème mais assez caché pour ne pas alerter tout le monde.

Alors que je préparais mes pâtes 3 hommes sont arrivés avec un fusil dans les mains et ont commencé à me dire quelque chose en gueulant mais je ne comprenais rien, seul l’un d’eux parlait Français. Ces hommes étaient bien torchés, ils avaient les yeux rouges et ils parlaient assez agressivement.

La seule chose que j’ai compris au début c’est qu’ils me demandaient ce que je faisais là, je leurs ai alors répondu que je parcourais le pays et que je dormais dans ma voiture. Le ton monte encore, un homme appelle d’autres personnes par téléphone, je commence à me poser des questions… et là 3 jeunes arrivent, ils parlent bien Français et sont bien moins torchés.

Mais j’étais pas du tout rassuré par la situation, je commençais à réfléchir à un échappatoire, puis les jeunes m’ont demandé d’ouvrir le coffre, à ce moment là mon cœur a battu la chamade, j’avais 6 hommes dont 3 armés qui me demandaient d’ouvrir mon coffre.

Je suis alors passé à l’avant et j’ai commencé à essayer de partir, doucement au début, ils m’ont dis de rester là, à ce moment là j’ai pensé à partir d’un coup, en appuyant sur le champignon…

Puis j’ai eu un éclair de lucidité en les voyant se gueuler dessus… Enfait c’est pas moi qui avait peur d’eux, c’est eux qui avait peur de moi. D’un coup je suis allé au milieu du groupe, je leur ai parlé, j’ai ouvert mon coffre et tout le monde s’est calmé, on en a même rigolé, au final ils ne comprenaient juste pas ce que je faisais ici et avaient peur que je sois mal intentionné.

Finalement le chef de la police est venu avec un AK47, habillé en civil, c’est pas très rassurant, puis ils m’ont accompagné jusqu’au poste où j’ai pu dormir tranquillement, ça les rassuraient pour moi que je dorme ici. J’ai beaucoup discuté avec le chef de police, il était fan de ce que je faisais, nous avons même échangé nos contacts Whatsapp et le lendemain je suis reparti continuer mon voyage.

ATTENTION : J’ai passé près de 9 mois à dormir tous les jours dans ma voiture en Afrique et c’est la seule fois où il s’est passé quelque chose de tel, en général en choisissant bien son endroit pour camper on a jamais de problème.

J’insiste aussi sur le fait que mon comportement aurait pu être la source d’ennuis, si jamais j’avais encore plus paniqué, que j’étais partis en trombe, qui sais ce qui me serait arrivé? Il est toujours compliqué de bien étudier une situation mais il faut garder en tête que la peur appelle la panique, lorsqu’on a peur on a tendance à tout voir comme un geste ou une situation dangereuse, on perd notre lucidité. Voilà ce que m’a appris cette soirée, à mieux me contrôler et voir la situation sous tous les angles.

Tout savoir pour faire un roadtrip en Guinée Bissau

Les Campements :

Trouver un coin pour se garer et dormir n’est pas toujours facile en Guinée Bissau car les routes sont peu nombreuses et offrent peu de coin un peu reculé où se garer ne dérangerait personne. La solution serait de bien planifier vos journées pour toujours être dans un coin un peu reculé de la Guinée Bissau, là où personne ne traîne le soir et où trouver un coin tranquille est beaucoup plus simple.

Pour Bissau le mieux est de trouver un vrai logement, sinon vous pouvez dormir dans votre voiture mais prévoyez de beaucoup conduire pour bien vous éloigner, les alentours ne sont pas favorables au camping, d’autant plus que je pense qu’en général les plus gros risques se trouvent près des capitales.

La Police :

La police est très peu présente dans le milieu rural du pays, il y a très peu de barrages et en général on est plutôt tranquille de ce côté là.

En revanche à Bissau la Police pullule et certains feront tout pour vous trouver une faute et pouvoir faire du bakchich, le mieux à faire est d’être irréprochable en conduite pour ne pas s’attirer de problèmes.

Les Locaux :

Je n’ai pas eu beaucoup de rencontres en Guinée-Bissau par rapport à d’autres pays car leur culture Portugaise est très différente, ils ne viennent pas au contact autant qu’ailleurs, ils sont plutôt réservés, mais les quelques rencontres que j’ai faite ont été extraordinaire, ils m’ont donné tout ce qu’ils pouvaient, ce sont des gens formidables.

La route :

La route est souvent assez mauvaise, les rivières et l’humidité ambiante en arrache quelques bouts. C’est d’ailleurs pour ça que vous trouverez souvent sur la route des jeunes vous barrant la route avec une corde bricolée, ne paniquez pas ce ne sont pas des coupeurs de route !

En Guinée Bissau la route n’est jamais réparé par l’état alors ces jeunes réparent les routes comme ils peuvent avec de la terre et vous arrêteront pour vous demander une pièce, mais ça n’est pas obligatoire, vous pouvez faire mine d’avancer et ils baisseront la corde.

Sachez que beaucoup d’entre eux font semblant de travailler pour continuer de pouvoir faire ça, finalement très peu réparent vraiment les routes, mais sachez aussi que ce sont souvent des jeunes sans emplois qui ne peuvent rien faire d’autre et qu’une petite pièce insignifiante pour vous les aideraient beaucoup, à vous de voir !

Certaines parties de la route pour rejoindre Bissau sont aussi payante par l’état (500CFA), j’ai trouvé ça honteux vu l’état de la route.

Je reviens d'un voyage d'un an à moto en Asie, prochaine étape l'Afrique en C15 !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *