Randonnée dans les Pyrénées côté Espagnol

Accompagnée d’une amie, je suis allé à Banos de Panticosa pour randonnée dans les Pyrénées, ayant déjà pas mal randonné en montagne je n’attendais pas beaucoup d’une escapade à la journée comme celle-ci, et pourtant je n’ai pas été déçu !

A Banos de Panticosa il y a un grand parking qui permet à tout le monde de se garer ou de dormir pendant 24h maximum, j’ai trouvé ça très agréable de laisser un grand espace gratuit comme ça pour tout le monde, c’est plutôt rare.

En plus de ça il y a une rivière très fraîche qui permet de garder les boissons au frais, attention toutefois à bien les coincer, ou vous les perdrez, le courant augmente dans la nuit.

Début de la randonnée

Après une bonne nuit sur le parking, on commence à 8h pour une boucle dont la moitié n’est pas sur Maps.Me mais l’itinéraire est sur le plan affiché avant la randonnée, c’est un tout petit chemin en petit pointillé sur le plan, aveuglement je me dis que si il l’affiche  sur le plan à l’entrée, c’est que le chemin est assez large et tranquille.

On commence alors la randonnée sur le GR, et nous ne sommes pas les seuls, beaucoup de monde randonne ce jour là.

Randonnée dans les Pyrénées

Le GR longe plusieurs cascades, toutes sont très jolies et l’eau très clair.

Cascade Bano de Panticosa

Il y a beaucoup de dénivelé au départ, il passe de 1600m à Banos de Panticosa jusqu’à 2200m au premier refuge (refuge de Los Ibones de Bachimana), et ce n’est que le commencement de la boucle.

A partir du refuge le paysage change, plus rocailleux, on s’approche de la haute montagne. Pour les fans d’escalade, toute la roche est en granit, c’est magnifique et très adhésif, de quoi faire une petite séance de bloc sur le chemin.

La suite du GR est assez plate et facile, au bout d’un moment on tombe sur un grand lac, dans lequel se trouve 2 petites îles rocailleuses, un très beau panorama qui laisse sans voix.

C’est à partir de là que nous quittons le GR pour un petit chemin partant dans l’autre sens qui mène au Refuge de Bachimana, et c’est aussi maintenant que nous commençons à croiser des animaux et aucuns autres randonneurs, ce fut un très bon choix de quitter le GR.  Je n’avais encore jamais vu de bébés marmottes jusque là, essayer de les prendre en photo était un challenge mais j’ai étais patient.

J’ai aussi pu capturer l’instant où une marmotte se met à bailler fort, c’est assez effrayant…

Les flaques et les rivières sont aussi gavés de têtards, c’est l’occasion de voir la formation d’un têtard à la grenouille par étape, car chaque têtard est à un stade différent de son évolution, c’est un spectacle que je n’avais plus vu depuis que je suis gamin, incroyable.

Evidemment parmi tous ces animaux il y a aussi ces petits oiseaux sifflotants, pas très timide.

Animaux pyrénées

Et là c’est le moment où ça part en sucette, le chemin affiché sur le plan au départ est à peine visible, on a fait un bon bout sans même le voir, en suivant simplement la rivière, ça monte beaucoup et très fortement et les appuis sont instable mais on continue…

 

Après un bon dénivelé on atteint quelques petits lacs de haute montagne, ils sont magnifiques et nous sommes seuls pour en profiter. Un vrai petit paradis qui soulage les muscles et la tête.

Mais après cette douce pause, on se heurte à un gros problème, le chemin disparaît et aucun moyen d’aller plus loin, nous sommes au bord de la montagne.

En fait il reste bien un moyen et je me demande toujours si c’est là que le chemin passait car il faudrait être fou pour faire un chemin dans un col constitué uniquement de pierrier.

Le pierrier étant trop dangereux nous passons par un passage très délicat mais bien plus stable qui permet d’atteindre l’arrête de la montagne et de la suivre jusqu’au col.

Randonnée Pyrénées

Après 2 crises cardiaques, on atteint l’autre côté du col, de là on peut voir le lac, le chemin devrait être à côté mais pour ça il faut tout redescendre, sans chemin comme toujours, c’était assez fatiguant et parfois dangereux mais nous avions fait le plus dur.

En bas, à côté du grand lac, se trouve un petit lac magnifique aux couleurs bleu-ciel jusqu’à bleu foncé nommé « Ibón Serrato », on dirait un énorme trou remplie d’eau, magnifique.

Je pense qu’en sortant du GR on a accès à plus de nature, plus sauvage et même de plus beaux paysages, mais ce circuit là était très dangereux, je ne sais pas où  passait le chemin mais j’espère que ce n’est pas là où nous sommes passé.

A chaque fois que l’on prend un itinéraire différent ou un petit chemin, il faut prévoir le retour, on ne sait jamais si le chemin est toujours aménagé, si l’on peut toujours passer, ou si tout va bien se passer, mais si on a envie d’aller voir plus loin en sachant qu’il reste suffisamment de temps pour faire demi-tour, certains chemins peuvent surprendre par leur beauté et leur tranquillité.

Au final malgré les quelques peurs durant la randonnée, nous avons pu voir beaucoup de choses, vivre beaucoup d’émotions, tout ça en un seul jour, ce n’est pas un itinéraire que je conseillerais même à mon pire ennemi mais il m’aura marqué.

Et je trouve qu’il montre bien la beauté qui peut régner dans les Pyrénées, à condition qu’on fasse l’effort de partir à sa recherche.

Je reviens d'un voyage d'un an à moto en Asie, prochaine étape l'Afrique en C15 !

Laisser un commentaire