Rencontres à Abidjan

Coincé une semaine à Abidjan

A la suite de ma péripétie avec le Paludisme, j’ai tout de suite eu un nouveau problème : la voiture ne démarrais plus sans la pousser. C’est donc en redémarrant uniquement dans des pentes que j’ai pu atteindre Abidjan. Une fois là bas j’ai essayé de faire réparer ma voiture à Abobo, le quartier des mécaniciens.

Mais visiblement personne ne comprenait le problème, à force de voir passer du monde sur ma voiture je suis tombé sur le meilleur mécanicien du quartier, avec du spray au poivre on a réussi à faire démarrer la voiture le temps de conduire jusqu’à son garage où il y travailla une semaine. En attendant le mécanicien m’a logé dans un de ses appartements en ville.

Coincé une semaine à Abidjan

Le quartier d’Abobo est très loin du développement de la ville, le quartier ressemble à un énorme village, la vie s’y déroule de la même façon d’ailleurs, les habitants du centre le décrivent comme un quartier dangereux, c’est très différent de ce qu’on peut voir ailleurs à Abidjan même.

Pourtant j’ai passé beaucoup de temps là bas, souvent seul à la recherche de pièces automobiles, je n’ai vu que des gens authentiques dont la vie en ville est compliqué mais qui se serrent les coudes. J’ai beaucoup aimé les habitants de ce quartier.

Comme cet homme qui m’expliquait qu’il faisait des papiers avec son ordinateur dans la rue à qui voulait, c’était sa seule solution pour gagner un peu d’argent.

Marché de Treichville

Il y a un marché connu des touristes à Abidjan, celui de Treichville, le quartier est plus développé mais il reste très authentique, avec ses vieux bâtiments et ses câbles électriques qui ne demandent qu’à tomber. J’adore cette ambiance.

Le marché est un grand bâtiment carré avec plusieurs étages, à la base c’est surtout de la nourriture et à l’étage c’est plus des souvenirs pour les touristes, les vendeurs là haut n’hésite pas à vous aborder d’ailleurs.

Par contre l’appareil photo est vraiment très mal vu là bas, c’est l’un des pires endroit que j’ai vu en Afrique pour se balader avec un appareil photo, le tourisme du marché a probablement énervé les locaux qui ne supportent pas d’être pris en photo sans qu’on leurs demandent. Pour faire des photos là bas il faut donc se faire tout petit et éviter d’avoir un marchand dans le cadre.

Le centre d’Abidjan

Le centre de la ville est vraiment très développé, on pourrait même se croire en Europe, je n’y ai pas passé beaucoup de temps mais j’ai pris cette photo à un feu rouge, qui décris bien le centre de la ville je trouve.

Coincé une semaine à Abidjan

De l’autre côté de la lagune, face au centre ville et ses énormes buildings, les habitants n’ont pas grand chose. Ils pêchent des petits poissons dans la lagune qui entoure la ville, tout en regardant la folie du centre et son expansion qui ne les attends pas.

C’est ici que j’observe une autre Afrique, une Afrique qui se développe comme une Europe, mais qui oubli ses racines, qui oubli que ceux qui bénéficient de ce développement sont très minoritaire et que le reste de la population est abandonné derrière.

Il y a une photo qui m’a beaucoup marqué, celle de ce pêcheur, seul sur la lagune, il parait minuscule et insignifiant face à ces énormes industries qui brassent sans arrêt derrière lui. Ils sont dans la même ville, pourtant ils vivent dans 2 mondes différents.

Coincé une semaine à Abidjan

C’est après avoir bien découvert la ville pendant une semaine que la voiture fût réparé, le mécanicien n’a rien voulu de moi, il m’a dit qu’il voulait juste que je puisse continuer mon projet.

Avant de partir je propose une photo à tout le monde, petit à petit les mécaniciens viennent un à un, ils en appellent d’autres, alors qu’au départ ils n’étaient que 7 sur la photo, le groupe grandit et je commence à avoir du mal à les cadrer tous ensemble. Une femme qui cuisine pour les mécanos vient aussi s’ajouter.

Finalement je réussi à tous les prendre ensemble, avec ces sourires et cette bonne humeur qui traduit cette mentalité propre Ivoirienne : « On est ensemble ».

Rencontres à Abidjan

Je reviens d'un voyage d'un an à moto en Asie, prochaine étape l'Afrique en C15 !

Laisser un commentaire