Visiter Oualata en Mauritanie

Atteindre la cité ancienne de Oualata

A la base Oualata était une des plus anciennes villes d’Afrique, elle fût fondé par l’empire du Ghana au VIIème siècle, mais cette ville fût détruite et c’est les bases de la ville actuelle qui fût construite au XIIème siècle.

Oualata fait d’ailleurs partie des 3 anciennes villes de Mauritanie avec Chinguetti et Ouadane.

Malheureusement la zone rouge de Mauritanie couvre largement Oualata, comme pour la route de l’espoir c’est à vous de voir si vous voulez prendre ce risque, bien que extrêmement faible, il est toujours existant.

Mais pour vous faire une petite histoire sur cette zone rouge, elle date de 2009 lorsque les djihadistes entraient en Mauritanie par le Mali et faisaient des dégâts, depuis le gouvernement Mauritanien a frappé un grand coup, tous les terroristes ont dû reculé au Mali et le désert est constamment surveillé. L’ambassade est juste très en retard sur ces informations, récemment elle a reculé la zone rouge de Mauritanie mais Oualata est toujours dedans.

Donc voilà, ça fait des années qu’il n’y a plus d’accident mais on ne peut jamais garantir un risque 0. Donc c’est à vous de voir, moi je vous donne les informations que j’ai eu et mon ressenti.

Oualata

Oualata est une ville bien loin de Néma, pour la rejoindre il faut prendre une route ensablé et coupé à travers le désert/savane. Quand j’ai compris que je ne passerais pas j’ai sympathisé avec la gendarmerie sur place, ils m’ont parlé d’un 4×4 qui passe tous les jours l’après midi et qui reviens le matin, ce 4×4 sert de transport de marchandises mais aussi de bus.

De fil en aiguille je me retrouve donc à laisser ma voiture au centre de la gendarmerie, j’y rencontre tous les gendarmes, certains sont très heureux de me rencontrer.

Puis je file au local du 4×4 qui part à 14h30 si je me souviens bien, une fois là bas le chauffeur (un homme qui louche mais qui conduit parfaitement bien) me dis que le trajet coûte 300 Ouguyias (7,50) à l’intérieur de la cabine avec climatisation et 100 Ouguyias (2,50) pour voyager dans la benne sur les marchandises.

Je répond que j’aimerais voyager dans la benne, il me regarde bizarrement puis finis par baisser le prix pour voyager à l’avant, je lui explique que c’est pas une question d’argent et que j’aimerais voyager à l’arrière. Sur cette phrase il explose de rire et accepte !

Visiter Oualata transport

On part donc en direction de Oualata, la route est longue, près de 3h en pleins désert, aucune route, seulement des traces de pneus dans le sable, on roule sur des gros tas de sables, entre les arbres épineux, de temps en temps je replie mes jambes pour ne pas me faire griffer.

La voiture part dans tous les sens, le chauffeur conduit très vite mais très bien, il faut bien s’accrocher aux cordes qui entourent les bagages pour ne pas se faire expulser !

Visiter Oualata

A l’arrière avec moi il y a un homme noir, qui s’occupe du transport des marchandises, en Mauritanie les hommes noirs sont souvent moins bien payé et font le sale boulot comparé aux Mauritaniens d’origine, pendant le trajet j’ai pu beaucoup discuté avec lui.

Il ne gagne que 100 Ouguyias par jour et dois faire vivre toute sa famille, sa femme et ses 2 enfants, mais il a aussi une sœur qui doit se faire opérer de l’appendicite (à ce que j’ai compris en montrant ma cicatrice), mais il n’a pas les moyens pour l’opération, la sœur est donc coincé à l’hôpital et les médecins n’arrêtent pas de lui demander de l’argent. Et oui je vous rappel qu’on est pas loin de la France, mais la vie est déjà très dur !

Sur la route un homme venant d’une des rares maisons que l’on croise s’ajoute, nous sommes maintenant 3 dans la benne.

Au bout d’un moment on arrive à un petit col avec enfin une vrai route donnant sur une vallée, et là je comprend à quel point je suis loin de tout, j’ai l’impression de rentré dans le dessin animé du Roi Lion.

 

Visiter Oualata en Mauritanie

Une route nous montre que nous ne sommes plus très loin de Oualata, c’est aussi l’occasion pour tout le monde de faire une pause… Une pause prière.

Ici la prière ne se manque pas, vous pouvez très bien être à la poste, si c’est l’heure de la prière votre interlocuteur fera sa prière et se remettra sur votre cas après.

Visiter Oualata en Mauritanie
Visiter Oualata en Mauritanie

A Oualata je suis acceuilli par un gendarme, le gendarme de Néma a appelé le gendarme d’ici pour qu’il puisse me loger. Je logerais donc dans la brigade sur un petit matelas.

Mais avant que le soleil ne se couche j’aimerais visiter Oualata, un gendarme insiste pour m’accompagner par sécurité comme il dit, mais il n’y a absolument rien à craindre ici, c’est surtout qu’ils ne reçoivent pas souvent de touristes qui viennent sans guide et ils font très attention à ce que rien ne m’arrive !

Ce gendarme qui m’accompagne est celui sur la photo, je l’ai malheureusement prise quand il se grattait les fesses, oups !

Visiter Oualata en Mauritanie

Toutes les maisons de Oualata sont ornés d’un symbole propre à la ville, certains sont colorés, c’est vraiment magnifique.

Visiter Oualata en Mauritanie

Les portes aussi sont incroyables, certaines racontent des histoires, de très anciennes histoires.

Visiter Oualata en Mauritanie

Chaque maison est unique et magnifique, c’est vraiment un village extraordinaire et les locaux sont très accueillant !

Visiter Oualata en Mauritanie

Puis on prend de la hauteur et on observe la ville de haut.

Visiter Oualata en Mauritanie

Au bout d’un moment nous passons dans l’ancienne ville, comme à Chinguetti et à Ouadane elle est en ruine, mais on peut facilement se perdre à s’imaginer ce qu’était la vie à cette époque.

Visiter Oualata

Puis nous traversons une vaste étendue de sable où les enfants jouent au football en fin de journée lorsque le soleil se couche.

Visiter Oualata en Mauritanie

De l’autre côté il y a un cimetière Français des anciens soldats qui vivaient ici si j’ai bien compris.

Ce cimetière m’a choqué, il faut que je vous explique pourquoi. Ici en Mauritanie les cimetières sont très basique, quand tu meure tu as une pierre plate avec ton nom écris dessus qui s’éffacera en quelques années, cette pierre est mise droite en posant d’autre pierre en équilibre dessus, là encore ça ne durera pas, et puis c’est tout !

Alors je ne sais pas si ce sont les locaux où d’autres Français qui ont fait ce cimetière, et au style approximatif des tombes je pense que ce sont les locaux, mais ça témoigne d’un vrai amour et d’un réel effort pour une religion qui n’est pas la leur, ces quelques tombes représentent plus de travail qu’un cimetière entier d’une ville Mauritanienne. C’est complètement dingue.

Mais en Mauritanie, contrairement à beaucoup d’autres pays d’Afrique, les locaux aiment énormément les Français, la différence avec d’autres pays d’Afrique de l’Ouest par exemple c’est qu’on laisse la Mauritanie tranquille, tandis qu’on garde la patte sur les pays d’Afrique de l’Ouest pour ses ressources, d’où le fait qu’on ne soit pas très apprécié (mais l’accueil reste incroyable partout en Afrique!).

Cimetière Français de Oualata

Près du village il y a aussi un lac, au dessus duquel il y a une maison qui appartenait à un shaman, le shaman est mort depuis quelques temps maintenant.

Visiter Oualata en Mauritanie

Après cette visite incroyable je vais manger avec le gendarme, je prend le thé et je me couche.

Le levé est très dur, levé à 5h30, nous partons pour Néma avant même que le soleil ne se lève, je suis KO mais la route est magnifique !

Transport jusqu'à Oualata

Le soleil se lève et ses rayons viennent percutés les brindilles de la savane, un spectacle grandiose.

Transport jusqu'à Oualata

Conclusion :

J’ai adoré ma visite à Oualata, pas seulement parce que le village est magnifique, mais tout ça fût une réel aventure, j’ai dû me débrouiller pour trouver un 4×4 qui partait vers le village, j’ai voyagé des heures dans la benne, une fois là bas je me suis fait logé par des gendarmes puis j’ai dû repartir très tôt pour Néma. C’était très court mais intense, cette visite rapide restera un souvenir important de la Mauritanie pour moi.

Et pour ceux qui se demanderait pourquoi je ne suis pas resté une nuit de plus, cette expérience était la dernière avant que je parte au Sénégal, ça faisait déjà 3 semaines que j’étais en Mauritanie, j’ai perdu 1 semaine à changer mon carter à Atar et il fallait que j’avance vite ! D’autant plus que j’ai roulé 2200 km sur cette route de l’espoir. Mais je n’ai aucun regret sur quoique ce soit qui concerne ce voyage.

Je reviens d'un voyage d'un an à moto en Asie, prochaine étape l'Afrique en C15 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *