1 mois de roadtrip en Guinée

1 Mois de roadtrip en Guinée

La Guinée fût une étape importante de ce tour d’Afrique, c’est un pays qui m’a beaucoup plu et j’ai passé un mois à le parcourir, ci-dessous il y a la carte de mes différents arrêts principaux, ça ne compte pas tous les petits chemins que j’ai pu prendre.

Carte roadtrip en Guinée

Voilà la route quand on sort de la Guinée-Bissau et qu’on se rend à Koundara. Une route qui longe une énorme barre rocheuse où les petites cases de villageois fleurissent par-ci par-là. C’est magnifique.

Un mois de roadtrip en Guinée

Koundara

Koundara est un arrêt obligatoire quand on vient de Guinée-Bissau, c’est là bas qu’on va récupérer les papiers pour circuler dans le pays. Lorsque j’y suis allé la police m’a réservé un accueil très chaleureux, ils m’ont fait mes papiers avec plaisir, sans me demander d’argent et m’ont posé beaucoup de questions sur mon projet.

Je suis arrivé en Guinée juste avant les élections présidentiels, des émeutes commençaient à naître car l’actuelle président Alpha Condé qui avait épuisé ses 2 mandats essayait de faire passer une loi pour rallonger le nombre de mandat possible, tout le peuple Guinéen s’est alors révolté car cela voulait dire que Alpha Condé ne quitterai jamais la présidence, les votes ne sont pas assez surveillé pour que le peuple puisse choisir quelqu’un d’autre.

Quand je suis arrivé à Koundara je suis tombé dans une manifestation contre cette loi, visiblement autorisé avec les militaires derrière.

Lorsque j’ai dégainé mon appareil photo un homme m’a dit de ne pas prendre de photos, derrière lui tout le monde lui a dit de se taire et de me laisser montrer tout ça en occident.

J’ai donc pu faire toutes ces photos, les jeunes se sont jetés sur moi pour apparaitre sur la photo, chacun posant à sa façon, c’était un beau moment.

Mais l’ambiance a viré aux émeutes et aux violences quelques moi plus tard, la région du Nord est allé jusqu’à fermer aux touristes. C’est très important d’être là pour voir et comprendre la politique de ces pays, de voir à quel point les habitants de ces pays n’ont aucun pouvoir sur leurs élections et jusqu’où ils sont prêt à aller pour changer les choses.

En sortant de Koundara j’ai fais regonfler mes pneus à la première station service, c’est 2 enfants qui tenaient le magasin, ils réparaient et gonflaient les pneus toute la journée. Ce fût une rencontre marquante pour moi, à ce moment là j’ai vraiment compris où je mettais mes pieds.

La Guinée est un peu la porte vers l’Afrique de l’Ouest plus pauvre, la Gambie, le Sénégal et la Guinée-Bissau sont des pays assez pauvres mais la Guinée est bien plus pauvre, la moitié de la population est sous le seuil de pauvreté, le pays est même dans le Top 25 des pays les plus pauvres du continent.

faire un roadtrip en Guinée

La route vers Labé est plutôt bonne au début, c’est une grande route toute droite, sur le côté on peut toujours voir ces petites cases si élégantes.

Roadtrip en Guinée

Puis avant d’arriver à Labé la route part dans la montagne et son état devient catastrophique.

Je me souviens de l’excitation que j’avais sur cette route de montagne, au milieu des arbres, je ressentais vraiment l’aventure, l’excitation de l’inconnu et du challenge. C’était mon premier contact avec des routes nationales aussi mauvaises.

J’ai passé la nuit sur le bord de la route, dans un renfoncement, le soir je suis allé observer le couché de soleil et cette lune, si différente de chez moi, j’aime penser qu’elle me sourit quand je suis ailleurs.

Ce soir là et le lendemain matin des camions sont passés pendant que je prenais des photos, les jeunes travailleurs dans la benne m’ont faits de grands gestes de salutations, les Guinéens ont un grand sens de l’accueil, c’est bien connu !

Mali

Comme je l’ai écris dans l’article ci-dessous la route pour Mali est affreuse, probablement la plus dur que vous aurez à faire dans le pays. Mais elle en vaut la peine, Mali est un endroit incroyable, c’est une région très importante de toute l’Afrique de l’Ouest.

Voilà quelques photos pour vous le prouver :

Sur cette route j’ai fais la connaissance de ces 4 enfants pendant que je mangeais :

Explorer la Guinée en voiture

Ils ne m’ont rien demandé mais ils trainaient autour de moi, probablement curieux de ma présence, j’avais quelques sachets d’eau purifiée dans ma porte latérale, je me suis dis que ça leurs feraient peut être plaisir d’en avoir, ces sachets d’eau sont très courant et très peu cher en Afrique donc je ne m’attendais pas à une grande réaction.

Pourtant lorsque je leurs ai proposé ils se sont jetés dessus et l’ont bu tout de suite, partageant entre eux ce que j’avais. Ce moment m’a vraiment choqué, je savais que la Guinée était un pays très pauvre mais en voir les conséquences comme ça c’est marquant.

Explorer le Fouta Djalon

J’ai passé beaucoup de temps à explorer cette région sans limite, entres cacades, petits villages, curiosités, montagnes, la région regorge de choses à voir. Je vous recommande de bien chercher sur Internet les endroits les moins connus, ce sont souvent des endroits assez éloignés et qui permettent de voir la Guinée différemment.

Vous en trouverez déjà quelques-uns sur l’article que j’ai fais sur la région :

Attention les routes pour explorer le Fouta Djalon peuvent parfois être très mauvaise voir dangereuse, ne roulez pas trop vite et sachez faire demi-tour quand il le faut !

Explorer le Fouta Djalon en Guinée

Conakry

Mon passage à Conakry fût bref et très original, j’ai passé une grande partie de mon temps dans les bouchons, je ne recommande pas de visiter la ville en voiture !

Voilà l’article que j’ai écris sur mon expérience très particulière à Conakry :

Il est très compliqué de dormir autour de Conakry, mieux vaut prévoir une heure de route pour pouvoir trouver un spot tranquille.

Il existe un spot vraiment sympas au bord du Lac de Koba, c’est l’endroit parfait pour être au calme et pourvoir se baigner.

1 Mois en Guinée en voiture

Lorsque je suis allé là bas les villageois m’ont arrêté pour me demander ce que je faisais ici, ils m’ont indiqué un endroit où je pouvais me garer et m’ont gentiment accueilli.

J’étais pas loin des habitants du coin et j’ai pu en rencontrer certains, ce sont des gens très gentils et accueillants.

1 Mois en Guinée en voiture

Les enfants sont très vite arrivés, un à un, ils sont devenus nombreux très rapidement. Ils n’ont pas arrêté d’épier chacun de mes mouvements et de rire entre eux, j’étais vraiment l’attraction du village !

1 Mois en Guinée en voiture

Ils sont restés à m’observer jusqu’au soir, même à travers à la moustiquaire !

Roadtrip en Guinée, 1 Mois de roadtrip en Guinée

Sur la route pour Nzérékoré

Sur la route pour l’Est j’ai eu de nombreux problèmes, à commencer par un pompiste qui m’a mit par erreur de l’essence au lieu du diesel.

Ça a prit la journée pour enlever mon réservoir, le nettoyer et le remettre ! Je vous conseille d’ailleurs d’acheter un autocollant “Diesel” et le coller sur votre réservoir si vous roulez au Diesel, ces autocollants sont courants à cause des nombreuses erreurs.

1 Mois en Guinée en voiture

Les villageois autour avait un Babouin domestique attaché à un arbre, celui-ci était agressif envers moi mais très calme avec sa maitresse qui le nourrissait même à la main.

Ici aussi les enfants n’arrêtaient pas de me regarder et de rire entre eux !

Il n’est pas rare de croiser des voitures avec le repas sur le toit, comme des poules ou des chèvres, au bout d’un moment ça ne choque même plus.

Explorer la Guinée en voiture

A Nzérékoré vous pouvez vous arrêter au marché de la ville, il est assez impressionnant et il se divise un peu partout dans les petites rues !

1 Mois en Guinée en voiture

Anecdote Arnaque

A Mamou je me suis arrêté à un garage pour changer mes freins et mon huile, le mécanicien en chef m’a proposer ses tarifs très correct mais il m’a dit que l’huile et les freins coûterait cher, ce qui m’a surpris puisque je connaissais à peu près le prix. J’ai toutefois accepté au vue de l’urgence à changer mes freins.

Pendant qu’ils commençaient à changer mes freins je suis quand même allé vérifier le prix des matériaux dans les magasins, les vendeurs que j’ai rencontré étaient choqués du prix que le mécanicien m’a annoncé, il était 7 à 10 fois supérieur au prix normal.

Les vendeurs ont insisté pour m’accompagner pour parler au mécanicien mais j’ai refusé, je voulais gérer ce problème moi même, je suis alors allé le voir, juste quand il finissait de réparer les freins et je lui ai parlé, il a nié en bloc, impossible de discuter avec lui, j’ai alors été forcé de l’amener jusqu’au magasin.

Là bas les vendeurs lui sont tombés dessus, il a continué de nier, disant que son huile est différente malgré que le packaging soit exactement le même, ils sont allés jusqu’à comparer la couleur des 2 huiles, mais il refusa d’être compréhensif et nia encore en bloc.

Je me suis résolu à aller voir la police avec lui, j’avais en plus le doute qu’il ai bien changé mes freins, son attitude m’a paru suspecte. Je suis donc parti avec le policier pour vérifier si mes freins ont bien été changé, sans surprise ce ne fût pas le cas.

Toute cette histoire finit au commissariat où j’ai pu trouver un terrain d’entente avec lui et payer uniquement ce qu’il a fait : son travail sur le changement d’huile.

Ce qui m’a marqué ça n’est pas l’entêtement du mécanicien, mais la gentillesse de ces vendeurs qui m’ont aidés de façon totalement naturelle, qui ont pris la parole pour moi et se sont vraiment engagé à ce que je ne me fasse pas avoir. Des personnes en or !

1 Mois en Guinée en voiture

Ce genre d’arnaque reste rare, les mécaniciens sont souvent des gens simples qui gonflent le prix de leurs matériaux dans une limite respectable, c’est la première fois qu’on a essayé de m’avoir à ce point là.

Mais je peux comprendre ce que ce mécanicien avait en tête, il a vu une occasion de se faire de l’argent et a foncé tête baissé, malheureusement il ne fût pas vraiment gagnant dans toute cette histoire, il l’aurait été si il avait gardé des prix raisonnables et qu’il avait vraiment réalisé le travail.

 

L’histoire derrière cette photo

Cette photo est la plus connu de mon Instagram, elle a été prise sur la route pour le garage pour vérifier si mes freins avaient bien été changés, j’avais un policier sur le siège passager, c’est d’ailleurs lui qui tient le volant pendant que je prends la photo, il faut dire que cette histoire nous avais suffisamment rapprochés pour que j’ose lui demander de tenir le volant.

Il m’expliqua que ce bus faisait Nzérékoré – Conakry, soit 24h de route pour plus de 1 000km de routes abimées et cabossées.  Cet homme derrière restera tout le voyage comme ça, le bus est plein et il paye beaucoup moins cher sa place, quand je suis passé il était même entrain de dormir.

Ces jeunes hommes sont souvent des vendeurs qui vont chercher de la marchandise à Conakry pour la revendre à Nzérékoré, j’aime beaucoup cette photo parce qu’elle a beaucoup de sens pour moi, elle représente bien ce que certains sont prêt à faire pour pouvoir gagner de l’argent et elle nous fait relativiser nos petits problèmes.

1 mois de roadtrip en Guinée

La route jusqu’à Nzérékoré est vraiment très jolie, ce sont des grands espaces où l’on peut croiser de tout petits villages très typiques de ce côté du pays.

Mais attention certaines parties de la route sont vraiment dangereuses, il faut rouler doucement, je suis rentré dans des nids de poules si grand que ma voiture passait littéralement sous la route, c’est hallucinant !

Les nombreux nids de poules peuvent facilement vous briser le carter, et vous pouvez me croire que pour réparer un carter ça peut prendre une journée comme une semaine selon sur qui on tombe.

Dormir chez les forestiers

C’est sur cette route que j’ai fais la rencontre d’un forestier qui m’invita à dormir dans son village dans la forêt, j’ai écris un article entier sur cette expérience un peu inattendu, c’est l’un de mes souvenirs préférés de mon voyage en Guinée !

Le Pont de lianes de Nzérékoré

Je vous conseille aussi de trouver le pont de lianes dans les alentours de Nzérékoré, il est vraiment très beau et pour le trouver sans guide c’est toute une aventure !

Voilà mon article sur le pont :

Anecdote flippante !

En sortant de Nzérékoré je me suis garé sur le bord de la route pour trouver mon itinéraire, un militaire a foncé sur moi et m’a gueulé dessus depuis la fenêtre : “Eteignez votre voiture ! Donnez moi vos clés !”, par réflexe et par surprise j’ai éteins mon moteur et j’ai commencé à donner mes clés avant de retrouver ma lucidité.

Je lui ai dis que je ne donne jamais mes clés et je lui ai demandé ce que j’avais fais de mal, il continua de crier de lui donner les clés, très agressivement, il dit que je suis garé sur un endroit où il est interdit de s’arrêter, je continue de dire que je ne donnerais pas mes clés et j’essaye de discuter avec lui mais il n’arrête pas de crier, je suis sur le point de changer de comportement pour m’en sortir…

Juste avant que je commence à gueuler moi aussi, un homme en moto s’arrête avec sa fille derrière, il dit au militaire d’un ton très respectueux de me laisser tranquille, que je n’avais rien fais, le militaire se calme tout d’un coup, un témoin venait d’arriver. Finalement il change de comportement, me serre la main et me laisse repartir.

Cet homme voulait mes clés pour me faire chanter derrière, pour me soutirer de l’argent afin qu’il me les rendent tout ça sous couvert d’une fausse loi qu’il vient d’inventer.

Il ne faut jamais donner ses clés en Afrique à moins d’être vraiment responsable d’une infraction, les clés représentent un énorme pouvoir pour les policiers, si je lui avais donné ma seule chance de m’en tirer aurait été de marcher jusqu’au commissariat le plus proche et voir quelqu’un de haut gradé.

Heureusement un ange est tombé du ciel, ce genre de moment montre à quel point, quoique nous fassions seul, aussi dangereux que ce soit, on ne le réussit jamais vraiment seul, il y a toujours quelqu’un pour nous aider dans les pires moments.

Le Mont Nimba

Pour visiter le Mont Nimba il faut avoir une autorisation, je l’ai découvert en tombant sur le garde du parc :

Un mois de roadtrip en Guinée

Mais les alentours du parc reste vraiment magnifique, je peux que vous recommander d’explorer un peu par vous même, vous ferez de belles rencontres et trouverez de beaux points de vues sur ce beau mont.

Sortir en Côte d’Ivoire

Je suis finalement sorti en Côte d’Ivoire par Sipilou, ce fût une très grosse épreuve de 3 jours, fatigante, exténuante et qui en plus m’aura fait attraper le palud mais j’en parlerais dans le prochain article !

Les Campements en Guinée

Il n’est pas très dur de trouver un coin pour dormir en Guinée, il y a toujours un coin tranquille pas loin de la route, les Guinéens sont très accueillants et ne vous embêteront jamais.

J’ai même dormi en sorti de ville à Conakry, les policiers sont venus voir ce que je faisais là, ils sont repartis en me disant qu’ils garderaient un œil sur moi afin qu’il ne m’arrive rien.

La Police

Les policiers en Guinée sont pour moi parmi les pires de l’Afrique de l’Ouest, la corruption est omniprésente, certains policiers demandent de l’argent respectueusement, ils peuvent être très accueillants et gentils mais beaucoup vont tout faire pour vous coller une fausse amende et demander de l’argent pour l’oublier.

Le pire c’était à Conakry, je me faisais arrêter littéralement tous les 200m, les blancs qui vivent là bas lâchent toujours un billet dans ces cas là et entretiennent ce mauvais comportement, ne faites pas ça s’il vous plait, soyez souriant et patient.

Je me souviens notamment d’une policière qui m’avait fait m’arrêter, avait regarder tous mes papiers, et avant de me laisser repartir elle m’avait regarder droit dans les yeux et s’était frotté les doigts pour me faire comprendre ce qu’elle voulait sans le dire.

Les locaux

Les Guinéens soit on les adorent, soit on les détestes, j’ai rencontré des voyageurs qui sont tombés amoureux de ce peuple et d’autres qui ne voulait plus en rencontrer.

Les Guinéens sont des gens très brut, ils sont très chaleureux, peut être trop pour certains, ils viennent tout de suite au contact que vous le vouliez ou non, ils n’ont aucune langue de bois, aucun tabou, ils sont brut comme le diamant.

Personnellement j’adore les Guinéens, j’aime cette façon d’être et de vivre qu’ils ont, ce sont des gens avec un cœur énorme qui déborde dans leurs comportements.

Je reviens d'un voyage d'un an à moto en Asie, prochaine étape l'Afrique en C15 !

Laisser un commentaire